dimanche 5 juillet 2009

La France Occupée Sans-Nazis de Tarantino

Depuis quelques jours on a pu voir fleurir sur les murs des villes les affiches présentant le prochain film de Quentin Tarantino; Inglourious Basterds. Si le distributeur n'a pas osé traduire le titre du film (Death Proof était devenu Boulevard de la mort chez TF1, traduction rendue possible pour le contenu bis ?), il a aussi préférer opter pour une légère modification du "logo" officiel du film.

Mais où est donc la svastika censée être dans le cercle dominé par l'aigle royal ?

Doublement étrange pour un film se déroulant en France (da basterds) Occupée par les Nazis (ces mystiques meurtriers).

Triplement étrange même, puisqu'il est question d'une fiction dont une partie concerne un commando chargé de scalper du nazis. C'est-à-dire de démolir le Grand Satan.

Le problème serait-il qu'une fiction conçue volontairement comme une fiction (pas de "oui, on a passé 10 ans à retracer les détails historiques par soucis de réalisme"), OSE exploiter un contexte historique sensible, douloureux et tabou en France pour raconter une fiction sur la puissance du cinéma ? Le mot important est ici, fiction.

Il n'y aurait sans doute pas de polémique comme pour les clopes de Tati ou de Toutou parce qu'il s'agit après tout d'un symbole horrible qui heurte certaines sensibilités. Le côté légitime quoi.

C'est vrai que Quentin Tarantino ressemble un peu à Goebbels. Un salaud de propagandiste à la solde de l'Empire du Hamburger-Entertainment. On m'y reprendra plus ! Merci Universal !

2 commentaires:

  1. Qu'est-ce qu'on s'en fout, sérieux!

    RépondreSupprimer
  2. Ano t'es pas à une contradiction près hein :)

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails