dimanche 28 février 2010

Bodyguards & Assassins (2009): Jeu de la mort

# Ces dernières années Hong Kong a eu du mal à délivrer des bon petits films, surtout en matière d'action. Récemment, y a eu quoi ? Ip Man ? Beast Stalker ? C'est un peu la famine, et ça en pousse beaucoup à se montrer très généreux avec des films moyens.

# Hé bien, on peut ajouter ce B&A à cette catégorie.

# Gros blockbuster chinois, avec une promo intensive et ses wouat-mille BA contenant le best of des meilleures scènes du film (merci la frustration), le film raconte une tentative d'assassinat déjouée par une bande de partisans de la Chine du future (ayant tous un coeur gros comme ÇA).

# J'exagère à peine, car une bonne grosse partie du film consiste à installer tous ces personnages, entre leurs envies personnelles, leur quotidien & obligations... Bref, avant d'être un film d'action hardcore, c'est surtout un drame.

# Dont la seconde partie frôle dangereusement avec un certain pathos pleurnichard. Mais heureusement, il y a un rythme effréné : ça pète de partout, les assassins débarquent de tous les côtés de la ville, les défenseurs en large minorité essayent tant bien que mal d'assurer leur engagement.

# Puis faut dire, y a Donnie Yen qui se fight. En mode classe, il défonce du gros bourrin bien enragé. Et l'avantage de la longue exposition du film, c'est que l'humanité du perso vient accentuer la difficulté du combat. En clair, c'est pas une démonstration à la Ong Bak. Ça fait plaiz, même si ça reste trop court.

# Forcément comme c'est chinois, avec un sous-texte politique, le côté pathos peut flirter avec l'ombre du film de propagande nous rappelant que derrière chaque défenseur de l'idéal chinois, il y a un homme (ou une femme). Je le dis, comme ça on évitera peut-être de se taper les boulets donneurs de leçons genre moi-on-me-l'a-fait-pas (connard).

# Même moyen, le film assure son spectacle et figure en haut des récentes réussites en provenance de Hong Kong. Vous attendez pas à un Il était une fois en Chine quoi !

# Je vais assurer la critique de certains films présentés à Deauville Asia sans même y foutre les pieds. La classe.

La Bob Note : Il faut sauver Sun Yat-sen/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails