lundi 27 avril 2009

Pat Garrett et Billy le Kid (1973): Le Western Agonisant


Souvent, l'intro d'un film dévoile la note d'intention de l'histoire. Tout est dit en 2 minutes, en quelques plans, mais il nous faudra 1h30 pour tout assimiler.

Dans ce western, le montage de l'intro mélange 2 époques différentes; 1881 et 1909, c'est les années de mort des 2 persos principaux: Billy le Kid et Pat Garrett. Drôle de coïncidence ?

Le film suit Pat Garrett, ancien hors-la-loi élu Shériff, pourchassant le jeune hors-la-loi Billy le Kid. Les 2 hommes ont travaillé ensemble, ils se connaissent très bien. Sauf que l'un a fait le choix de se ranger pour vivre plus longtemps quand l'autre, veut continuer à vivre en dehors des frontières.

Deux visions différentes d'un Ouest, à l'agonie.


Le mélange des 2 époques se terminent par ces 3 plans, sur lesquels on peut voir Pat Garrett tirant (sur une cible hors champ), Billy le Kid quittant le cadre en rigolant, le tout en 1881. Et enfin, Pat Garrett tombant sous les balles ennemies en 1909.

Assez clairement, l'enchainement des plans suggère que Pat Garrett est en train de se tirer dessus, devant un Billy le Kid amusé mais qui disparait à son tour du cadre. En 2 plans, c'est donc 2 grandes figures de l'Ouest qui disparaissent d'un coup (de feu) !

Mais pourquoi Pat Garrett est-il le tueur de ces figures ?
L'Ouest est en train de changer : les hors-la-loi se reconvertissent (chefs de troupeaux, adjoints aux shériffs...), le territoire américain découvre les frontières (propriétaires défendant leurs terres), enjeux politiques et économiques s'imposent... Pat Garrett incarne donc ce nouvel Ouest fait de contraintes et d'hypocrisies, reniant toute la liberté/le dynamisme/les excès du vieil Ouest (c'est Billy le Kid ça).

À un moment donné, sa femme lui dira même « Ils disent que tu es devenu trop gringo depuis que tu es shérif. [...] Tu es mort à l'intérieur. » Pat Garrett est un homme mort, qui va progressivement en prendre conscience. Il ne chevauche plus pour sa liberté mais pour les intérêts d'autrui.

Autrement dit, par ces 3 plans, on nous montre la mort d'une liberté — en même temps que la mort des hommes libres. Car dans le nouvel Ouest, les tueurs sont du côté de la Loi, des puissants. Paradoxalement, la loi est hors-la-loi. Et Pat Garrett le sait très bien, c'est pourquoi les 2 plans suivants se répondent (l'un au début, l'autre à la fin) :

Sur l'un, on voit la tête de Garrett regardant son reflet, sur l'autre, il n'y a plus qu'un reflet brisé.

1 commentaire:

  1. Pertinent et fascinant, merci beaucoup. Vivement un autre Peckinpah !

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails